EXTRAIT Ile de France

1er baromètre workspace 2020-2021

{ occupation des bureaux }

Quelles variations a-t-on réellement observé ?

Ce graphique présente la répartition des pics moyen occupations sur l’ensemble des sites analysés.
Le Q1 représente donc le pic d’occupation moyen que 25% des sites n’ont pas franchis.
Le Q2 le pic que 50% des sites n’ont pas franchis etc.
A l’échelle de tous les sites, il y a eu une baisse globale d’occupation entre septembre et avril. Sur les autres périodes couvertes il y a plus de disparité entre les sites.

{ collaboration et interactions }

Comment a évolué l’utilisation des salles de réunions ?

Ce graphe représente la part de chaque jour de la semaine dans l’occupation totale de la semaine à l’échelle du mois.
L’objectif de ce graphe est de connaitre la ventilation journalière d’occupation des sites selon les jours de la semaine sur un mois donnée. Ainsi, sur une période étendue, ce graphe permet de savoir si les préférences des collaborateurs évoluent et vers quel jour elles se portent.

En complément du graphe précédent ce graphe nous montre le pic d’occupation moyen atteint pour chaque jour de la semaine sur un mois donné.
Le vendredi est toujours la journée la plus faiblement occupée.
Le mercredi devient une des journées préférée à partir du mois de décembre.

En complément du graphe précédent ce graphe nous montre le pic d’occupation moyen atteint pour chaque jour de la semaine sur un mois donné.
Le vendredi est toujours la journée la plus faiblement occupée.
Le mercredi devient une des journées préférée à partir du mois de décembre.

{ bureau et télétravail }

Quels sont les jours où l’on va au bureau ?

Ce graphe montre le ratio entre l’occupation moyenne des salles de réunion et des postes de travail pour un mois donné.
Si les salles de réunion sont autant occupées que les postes de travail ce ratio vaut 1. Plus le ratio est élevé plus cela témoigne d’un site pour lequel l’occupation des salles de réunion est plus forte par rapport à l’occupation des postes de travail.
Sur la période analysée, le mois où la collaboration était la plus faible (c’est-à-dire moins de salles de réunion occupées par rapport aux postes de travail) était janvier.